Réduire la pollution lumineuse, l'éclairage des sciences comportementales

Publié le 29 septembre 2022 par Equipe Sciences comportementales

85% du territoire métropolitain est exposé à de forts niveaux de pollution lumineuse générée par les éclairages artificiels la nuit. Cette pollution provient pour une large part de l’éclairage privé, dont l'éclairage nocturne des commerces. L’équipe sciences comportementales de la Direction interministérielle de la transformation publique (DITP), en lien avec l'Office français de la biodiversité (OFB), propose plusieurs solutions afin d’inciter les commerçants à modifier leur pratique d’éclairage nocturne.

Partager

Décourager l'éclairage nocturne des commerces

PDF (3 832.1 Ko) - Dernière mise à jour le 29 septembre 2022

Télécharger

Faire converger protection de la biodiversité et pratiques de consommation énergétique plus vertueuse

La pollution lumineuse a de nombreux impacts sur la faune et la flore : perturbations des habitats et des cycles de vie des espèces qui voient leur reproduction, leur alimentation ou leurs migrations impactées.

Depuis 2013, il est pourtant obligatoire pour les professionnels d'éteindre certains éclairages (vitrines de commerces, bureaux, enseignes…) sur des plages horaires nocturnes définies. L’Office français de la biodiversité (OFB) a néanmoins constaté que cette réglementation ne reste que partiellement respectée sur l'ensemble du territoire. L’OFB a donc fait appel à l’équipe sciences comportementales de la DITP afin d’identifier les leviers d’action permettant d’encourager les commerces à éteindre leurs éclairages la nuit, conformément à la réglementation.

Comprendre pour agir : les leviers d’actions identifiés par le diagnostic pour faire converger protection de la biodiversité et pratiques de consommation énergétique plus vertueuses

Pour développer et tester des solutions permettant de changer les pratiques des professionnels, l’équipe sciences comportementalesde la DITP a identifié les barrières d’ordre comportemental (psychologiques, motivationnelles, décisionnelles) à l’extinction nocturne des commerces, mais aussi de distinguer des obstacles plus techniques ou structurels.

Après une enquête de terrain auprès de représentants des collectivités, d’experts et de commerçants à Paris, la Souterraine (Creuse), et Lyon, il ressort que la réglementation peine à jouer son rôle face à des acteurs non seulement peu enclins à éteindre, mais plus encore largement convaincus de l’intérêt de maintenir leurs éclairages.

Trois leviers d’action ont été identifiés face à ces difficultés dans ce premier rapport diagnostic :

  • un travail de simplification de la réglementation, de l’information qui l’accompagne, ou de sa prise en main par les collectivités territoriales ;
  • un effort de pédagogie (communication auprès des commerçants, mais également des collectivités) ;
  • des formes d’incitations : accompagnement au changement, subventions, reconnaissance sociale et réputation (là aussi pour les commerçants, mais également les collectivités).

Prochaine étape : tester des solutions opérationnelles avec des agglomérations volontaires

A l’issue de ce premier diagnostic, une phase d’expérimentation est envisagée avec une ou plusieurs agglomérations volontaires, afin de proposer les déclinaisons opérationnelles les plus adaptées au terrain.

Ces travaux pourront aussi à terme permettre de nourrir la  réflexion réglementaire sur ces sujets, pour lui faire gagner en proximité par rapport à la psychologie humaine et donc aussi en efficacité. Objectif : faire se rejoindre impératifs écologiques de protection de la biodiversité et pratiques de consommation énergétique plus vertueuses.

Mobilisez les sciences comportementales pour votre projet !

Vous souhaitez mobiliser les sciences comportementales pour votre projet ? Bénéficiez d’un financement du FTAP ! Le programme de diffusion des sciences comportementales appliquées aux politiques publiques bénéficie du soutien du Fonds pour la transformation de l'action publique (FTAP). Ainsi, une quinzaine de partenariats avec des administrations d’Etat, des opérateurs ou des acteurs territoriaux portant des projets à haut potentiel de réplication seront financés en 2022.

Intéressé ? Contactez l’équipe « sciences comportementales » de la DITP

Sur le même sujet

Voir tous