Comment promouvoir une consommation raisonnée des antibiotiques grâce aux sciences comportementales ?

Publié le 02 décembre 2021 par Equipe Sciences comportementales

La DITP accompagne actuellement le Ministère des Solidarités et de la Santé pour identifier, grâce aux sciences comportementales, des solutions pour limiter la surprescription d’antibiotiques.

Partager

Rapport de diagnostic : réduire la prescription  d’antibiotiques en médecine ambulatoire

Rapport de diagnostic : réduire la prescription d’antibiotiques en médecine ambulatoire

PDF (2 279.0 Ko) - Dernière mise à jour le 30 novembre 2021

Télécharger

Réduire la consommation d’antibiotiques : une priorité en France

Laccroissement inquiétant des résistances bactériennes chez l’homme a conduit le Comité interministériel pour la santé à inscrire la maîtrise de l’antibiorésistance dans les priorités de sa feuille de route. Objectif : réduire de 25 % la consommation d’antibiotiques en santé humaine.  L’antibiorésistance est en effet fortement corrélée au mauvais usage ainsi qu’à la surconsommation des antibiotiques.

5 500

décès par an en France sont liés à des infections dues à des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques (ECDC, 2019)

En France, la consommation d’antibiotiques a baissé ces dernières années mais reste comparativement très élevée. En 2020, elle était plus de 25% supérieure à la consommation moyenne des pays de l’OCDE.

Une phase d’exploration réalisée avec le Ministère des Solidarités et de la Santé en partenariat avec la Cnam et le Collège de la Médecine Générale

A la demande du Ministère des Solidarités et de la Santé (MSS), l’équipe sciences comportementales de la DITP a été mobilisée pour mieux comprendre les pratiques des médecins généralistes et identifier la manière dont les retours qui leur sont faits (essentiellement par l’Assurance Maladie) peuvent les aider à améliorer leurs pratiques de prescription d’antibiotiques.

Le rapport d’exploration présente une analyse des barrières comportementales contribuant à la surprescription. Il identifie les leviers comportementaux pouvant être mobilisés pour encourager les médecins à réduire leurs prescriptions d’antibiotiques.

Pr Céline Pulcini, infectiologue et cheffe de projet national à l’antibiorésistance au Ministère des Solidarités et de la Santé.

Apporter des informations claires, permettant au médecin d’évaluer ses pratiques et le motivant à les améliorer est une action prioritaire de la stratégie nationale de lutte contre l’antibiorésistance.

Pr Céline Pulcini, infectiologue et cheffe de projet national à l’antibiorésistance au Ministère des Solidarités et de la Santé.

Des recommandations et une expérimentation d’une des solutions proposées en région Grand Est

Le rapport propose plusieurs recommandations spécifiques à l’approche comportementale en complément des recommandations générales (améliorer l’information du grand public, développer des outils d’aide à la décision des médecins, délivrer les médicaments dans les quantités strictement prescrites…). 

Une des propositions de l’équipe sciences comportementales de la DITP (« Refondre les profils prescripteurs ») va faire l’objet d’une expérimentation avec l’Assurance Maladie du Grand Est. Aujourd’hui, les médecins généralistes reçoivent chaque trimestre une visite d’un délégué de l’assurance maladie sur des thèmes spécifiques de santé publique. A cette occasion, les médecins reçoivent un profil prescripteur résumant le type de prescriptions faites l’année précédente. L’apport de la DITP a consisté à rendre ces profils plus accessibles, mais surtout plus incitatifs, avec des indicateurs plus lisibles et plus clairs quant aux actions qui peuvent être menées. L’objectif : apporter aux médecins des informations utiles à l’évaluation et l’amélioration de leurs pratiques.

Les premiers résultats de l’expérimentation seront disponibles prochainement. 

Au fait, pourquoi faire appel aux les sciences comportementales ?

Les sciences comportementales permettent de mieux comprendre les mécanismes de décisions des usagers, leurs attentes ou leurs pratiques. L’objectif est de proposer des solutions adaptées aux comportements humains, notamment en testant et en évaluant, pour permettre une mise en œuvre effective des politiques publiques.

Contacter l’équipe de la DITP : sciencescomportementales.ditp@modernisation.gouv.fr

Découvrir l'offre d'accompagnement de la DITP sur le sujet

Sur le même sujet

Voir tous