Vous êtes ici

Outils et méthodes pour transformer

1786
Etude sur la transformation numérique des métiers publics : 3 questions à Emmanuel Constantin, directeur de projet à la DITP
14.01.19

Conseils, méthodes, coulisses, c'est le principe des "3 questions à...". Court, simple et dynamique, un format pour revenir concrètement sur un projet en donnant la parole aux agents de la DITP qui l'ont porté.

Découvrez l'interview de Emmanuel Constantin, directeur de projet, qui a piloté la rédaction de l’étude « Transformation numérique : dessinons les métiers publics de demain !" Explorer les impacts et le potentiel de la transformation numérique des agents publics, partager de façon ouverte, publique et large sur le potentiel de transformation des métiers publics par le numérique, c’est l’esprit de cette étude.

 Pourquoi cette étude sur la transformation numérique des métiers publics ? 

Le choix de lancer cette étude est parti de plusieurs constats. Le premier, c’est que la transformation de l’Etat passera par une transformation numérique. C’est devenu une attente des citoyens, une conviction profonde des agents publics eux-mêmes et un axe assumé des programmes de transformation. Le second, c’est que les citoyens et les acteurs publics eux-mêmes entretiennent un rapport ambivalent à cette transformation numérique et à ses impacts. Pour les citoyens, elle porte une promesse d’efficacité, de rapidité, de personnalisation des services mais aussi des craintes d’éloignement du service public. Pour les agents, elle présente un formidable potentiel pour apporter toujours plus de service tout en optimisant les moyens mais ce potentiel se heurte à la réalité des systèmes d’information et des équipements et à des inquiétudes légitimes, notamment quant à leurs propres emplois.

Or ce rapport ambivalent est alimenté par l’absence d’un discours clair, assumé et partagé sur l’avenir des métiers des agents publics et sur le sens de cette transformation. C’est pour ces raisons que la DITP a choisi de lancer une étude en avril 2018 afin que collectivement, les administrations et acteurs publics accordent à la réflexion sur la transformation numérique des métiers publics le temps qu’elle mérite.

 

 Comment s’est construite la rédaction de l'étude ? 

A travers le comité de pilotage de l’étude, la DITP a associé France Stratégie, la Direction Générale de l’Administration et de la Fonction Publique (DGAFP) et la Direction Interministérielle pour le Numérique et les Systèmes d’Information et de Communication (DINSIC), afin de croiser les regards interministériels sur le sujet.

L’étude a été menée avec l’aide des cabinets Roland Berger et Wavestone, sur la base de données publiques et d’une série d’entretiens (directions d’administration, experts et agents de terrain), en se concentrant sur les sphères étatique et hospitalière.  Nous avons choisi d’adopter résolument le point de vue des métiers des agents.

Bien entendu, les catégories de métiers restent très vastes et parfois hétérogènes en leur sein. De même, l’analyse des tâches ou du contexte des différents métiers mériteraient d’être approfondie.
Mais cette méthode a un grand mérite : celui de replacer le numérique au service d’une vision du métier, qui reste à dessiner et à construire, et donc de mieux apprécier les impacts qu’il peut avoir : nouveaux modes d’organisation, besoins d’accompagnement et de formation, GPEC, etc.

 

 Quelles sont les perspectives? Comment l'étude peut-elle être reprise par les acteurs publics? 

Cette étude et sa méthode sont facilement appropriables par les acteurs publics. Le but est de susciter la réflexion au sein des administrations. En suivant le même genre de méthode, chacune peut initier un questionnement structuré sur les impacts métiers des transformations numériques qu’elle engage ou pourrait engager. Et cette réflexion a tout intérêt à se faire en associant un maximum tous les agents au partage d’une vision collective de l’avenir de leur métier.

Nous avons finalement dégagé 5 mots d’ordre pour les administrations : oser réinterroger les métiers à l’aune du numérique et partager largement sur l’avenir des métiers ;  mieux connaître ses métiers et ses compétences ; dessiner et prioriser ses trajectoires numériques en lien avec les métiers ; se doter de véritables outils de GPEC et d’accompagnement RH ; partager ses expériences de transformation numérique et se nourrir de celles des autres.

 

Découvrir l'étude

 

 

Partager cet article :


1786