Vous êtes ici

Nos actions

6968
Sciences comportementales : nos projets en cours
15.11.18
Sciences comportementales : 12 projets pour accompagner la transformation publique

L’équipe sciences comportementales de la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) accompagne les administrations pour identifier des pistes de solutions nouvelles et plus incitatives, avant  de les tester in situ.

Cinq critères motivent le choix des projets : importance de l’enjeu de politique publique, freins comportementaux identifiés, existence d’un consensus éthique, engagement du partenaire et possibilité d’effectuer une mesure d’impact.

Les 12 projets accompagnés par la DITP avec le soutien du BIT (Behavioral Insights Team) et de l’AIC (Agence d’innovation comportementale) et leurs premiers résultats.

  Promouvoir une consommation raisonnée des antibiotiques  

L'apport du projet avec la DITP : les sciences comportementales, un nouveau levier pour réduire le recours aux antibiotiques

Chaque année, environ 5500 personnes meurent, en France, de pathologies liées à l’antibiorésistance, soit 1,5 fois plus que la mortalité liée aux accidents de la route. La surconsommation d’antibiotiques entraine une résistance croissante des bactéries aux traitements suivis, ce qui, sur le long terme, signifie une vulnérabilité de nos organismes même face à des maladies mineures. L’objectif de rationalisation et de réduction du recours aux antibiotiques est un sujet majeur de santé publique, pour lequel l’approche par les sciences comportementales semble pouvoir jouer un rôle.  

PARTENAIRE DU PROJET : Ministère de la Santé

 

  Faciliter l'insertion professionnelle des jeunes sans emploi

L'apport du projet avec la DITP : comprendre et travailler sur les mécanismes de prise de décision des jeunes pour leur permettre de bénéficier pleinement de l’accompagnement existant

Aujourd’hui, environ près d’1 jeune actif de moins de 25 ans sur 5 est au chômage. Pour contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes, la DITP se mobilise sur la problématique spécifique de l’assiduité des jeunes suivis par les missions locales.

L’équipe sciences comportementales de la DITP travaille avec l’appui du BIT et en partenariat avec la direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (DARES), des missions locales volontaires d’Île-de-France mais aussi des jeunes accompagnés. L’objectif : identifier les barrières comportementales qui freinent les jeunes bénéficiaires dans leur volonté d’aller jusqu’au bout de leur accompagnement. Pour les jeunes accompagnés, la participation assidue aux rendez-vous et ateliers est une étape cruciale pour se rapprocher de l’emploi. A Paris, 1 jeune sur 5 engagé dans un parcours vers l’emploi ne se représente jamais pour un deuxième rendez-vous. 

Pour mieux comprendre les mécanismes de prise de décision de ces jeunes bénéficiaires, l’équipe sciences comportementales a réalisé un diagnostic sur le terrain. Prochaine étape : tester des solutions à grande échelle, puis les évaluer.

PARTENAIRE DU PROJET :

 

Mieux protéger les consommateurs vis-à-vis des pratiques déloyales utilisées par les commerces en ligne

L'apport du projet avec la DITP : appréhender les spécificités des pratiques trompeuses du e-commerce

Loin des principes économiques traditionnels, les consommateurs font des choix sous le coup d’une “rationalité limitée”, restreignant leur capacité à assimiler des informations même lorsqu’elles sont disponibles. Les spécialistes du marketing en sont d’ailleurs bien conscients et cette tendance est fréquemment exploitée pour cacher des informations essentielles qui permettraient d’éclairer la décision à l’occasion d’un achat en ligne. 

Malgré les efforts de la DGCCRF pour améliorer la vigilance des consommateurs, le problème persiste et tend même à s’aggraver pour le commerce en ligne. La DGCCRF a établi un partenariat avec la DITP et le BIT pour appréhender, dans une première phase, les spécificités des pratiques trompeuses du e-commerce. Ce travail consiste notamment en des interviews de consommateurs ainsi qu’avec plusieurs experts de l’univers consumériste. Il sera complété par un atelier d’idéation avec les représentants des différents partenaires impliqués.

PARTENAIRE DU PROJET : Ministère de l'économie et des finances

 

  Favoriser le recours aux paiements dématérialisés  

L'apport du projet avec la DITP : une progression du taux de dématérialisation de 60 % selon les solutions testées

Malgré des campagnes d’information, certains cotisants de l’ACOSS continuent à privilégier les chèques et les espèces pour régler leurs cotisations. Le traitement de ces paiements physiques occasionne d’importants frais de gestion pour des montants de transaction souvent faibles ; pour les usagers, le paiement dématérialisé serait un gain de temps et garantirait une meilleure traçabilité de leur paiement

Pour favoriser le recours aux paiements dématérialisés (télépaiement, virement ou carte bancaire), la DITP, accompagnée par le BIT, a étudié les pratiques et les perceptions des agents des URSSAF et d'auto entrepreneurs. Elle a ensuite identifié des pistes d’optimisation du processus de recouvrement : inciter en mettant en avant le respect de la règle de dématérialisation par les autres cotisants, aider les cotisants à planifier le versement de leurs cotisations ; rappeler très directement la règle. Ces solutions ont été testées avec l’envoi de courriers à quelques 15 000 cotisants d’Île-de-France et de Lorraine. Résultats : les lettres mettant en avant la norme sociale et aidant à la planification ont augmenté le taux de paiement en ligne de 31 et 38% ; le courrier invitant directement les cotisant à respecter la règle a fait progresser le taux de dématérialisation de 60%.

PARTENAIRE DU PROJET :

 

  Permettre une utilisation raisonnée des écrans chez les enfants de 4 à 7 ans  

L'apport du projet avec la DITP : poser un diagnostic clair et co-construire les solutions les plus adaptées en associant des écoles volontaires

Au cours des dernières années, l’utilisation des écrans a connu une croissance exponentielle. Malgré des avantages liés à l’accès aux nouvelles technologies, les effets potentiellement néfastes des écrans, en particulièrement chez les enfants, sont de plus en plus pointés du doigt.  La MILDECA a sollicité l’aide de la Direction Interministérielle de la Transformation Publique (DITP) pour poser un diagnostic clair qui permettra de co-construire les solutions les plus adaptées. Ce travail, conduit avec le BIT,  prend la forme d’une revue de la littérature disponible sur ce sujet et d’entretiens avec des experts. Il a vocation à être complété par un travail de terrain dans des écoles volontaires. 

PARTENAIRE DU PROJET : Services du Premier ministre

 

Encourager la dématérialisation des services de l'assurance maladie

L'apport du projet avec la DITP : étudier et tester les solutions avec les usagers

30% des sollicitations reçues par la CNAM* (courrier, téléphone) concernent des demandes pouvant être réalisées en ligne. Dans un objectif d’enrichissement de la gamme des services publics en ligne, la Caisse a sollicité l’appui de la DITP pour encourager le recours aux services dématérialisés en utilisant les sciences comportementales. Cette dématérialisation bénéficierait aux usagers en facilitant l’accès aux prestations et services administratifs, aux agents dont les conditions de vie au travail seraient améliorées et enfin aux institutions grâce aux gains d’efficience réalisés.

PARTENAIRE DU PROJET :

 

  Réduire l'impact des stéréotypes et lutter contre les discriminations à  l'embauche  

L'apport du projet avec la DITP : comprendre et agir sur les freins comportementaux dans le parcours d’insertion des personnes en situation de handicap.

La loi impose aux entreprises de plus de 20 salariés d’employer au moins 6% de travailleurs en situation de handicap. Pourtant, ce taux est encore inférieur à 4% dans le secteur privé. 15 % des personnes en situation de handicap  déclarent avoir été victimes de discriminations en milieu professionnel. La DITP s’est engagée auprès de Pôle emploi autour de deux objectifs : réduire les stéréotypes qui freinent l’embauche des personnes en situation de handicap et lutter contre les discriminations qu’elles subissent. Avec l’expertise du BIT, la DITP cherche à mieux comprendre les freins comportementaux qui ralentissent ou bloquent le parcours d’insertion des personnes en situation de handicap. Ces freins peuvent concerner tout aussi bien les accompagnateurs que les employeurs ou les demandeurs d’emploi eux-mêmes. L’étape suivante : tester sur le terrain des solutions tout au long du parcours d’insertion des demandeurs d’emploi.

PARTENAIRE DU PROJET :

 

  Améliorer les politiques de prévention du manque de sommeil chez les enfants de CP  

L'apport du projet avec la DITP : capitaliser sur les sciences comportementales pour améliorer le sommeil, les performances cognitives et académiques des élèves de CP.

Des études récentes ont montré que les enfants tendent à dormir moins, moins bien, et de façon moins régulière qu’auparavant. Or, les liens entre le manque de sommeil, les performances scolaires, le bien-être et la santé des enfants ont été largement documentés. La prévention du manque de sommeil est désormais l’une priorité du ministère de l’Education Nationale. Elle se traduit par des initiatives menées par les académies, des écoles et des professionnels de santé du ministère. Avec l’appui du BIT, la DITP accompagne actuellement la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO) pour proposer des solutions identifiées selon l’approche comportementale. Les méthodes ainsi identifiées pour encourager les enfants scolarisés en CP à dormir plus et mieux seront testées puis évaluées.

PROCHAINE ETAPE :

  • Reprise de l'expérimentation en septembre 2020 (interruption liée au COVID)

 

PARTENAIRE : Ministère de l’Education Nationale

 

  Encourager la pratique sportive  

L'apport du projet avec la DITP : une appli pour faire du sport à domicile

Ce projet avait pour objectif initial de promouvoir l’activité physique et sportive auprès des agents publics en identifiant les leviers comportementaux les plus incitatifs à la reprise d’une activité. La crise du Covid 19 a conduit à revoir en profondeur la cible. En pleine période de confinement, la DITP et le ministère des Sports ont ainsi réorienté la démarche vers le grand public pour l’inciter à faire du sport à domicile. La plateforme https://bougezchezvous.fr/ a été créée. Elle associe ressources sportives et aides à la motivation. Elle a vocation à se transformer en centre d’appui plus général à la pratique du sport.

PARTENAIRE DU PROJET : Ministère des Sports

 

  Favoriser l'adoption de modes de chauffages éco-responsables  

L'apport du projet avec la DITP : une information personnalisée pour faire changer les comportements

Plus de 480 000 Franciliens utilisent un poële à bois peu performant, émettant dans l’atmosphère une quantité importante de particules fines. Le lien entre chauffage à bois et qualité de l’air en Ile de France ne paraît pas toujours intuitif. Avec la DRIEE et l’AIC, la DITP intervient pour identifier et tester la meilleure approche comportementale pour sensibiliser les Franciliens à la dimension polluante du chauffage au bois. Autres objectifs : inciter les utilisateurs à renouveler leurs équipements anciens et mettre en œuvre les bonnes pratiques du chauffage au bois.

Le partenariat s’est appuyé sur un benchmark des études et expérimentations menées sur ce sujet ; une expérimentation a ensuite été conduite dans 281 foyers volontaires qui ont tous été munis de  micro-capteurs de pollution.

La DITP a testé différents types de messages par groupes différenciés :

- des informations générales sur les risques sanitaires liés à l’émission de particules fines dans l’air intérieur ;

- des messages personnalisés pour chaque foyer contenant des graphiques sur leur exposition hebdomadaire et une comparaison  de leur consommation à celle d’un échantillon de ménages comparables.

Résultat : le changement effectif des comportements est plus important chez les ménages qui ont reçu régulièrement une information personnalisée concernant leur foyer accompagnée de la courbe retraçant les niveaux d’exposition mesurés à leur domicile.

RAPPORTS :

 

PARTENAIRE DU PROJET :

 

  Création d'un dispositif d'information des consommateurs pour promouvoir l'économie circulaire  

L'apport du projet avec la DITP : créer un label clair et efficace sur la réparabilité des équipements électronique

Dans 62% des cas où un appareil électronique tombe en panne, leurs propriétaires le jettent sans même penser à le réparer. Cette pratique de consommation linéaire "acheter - utiliser - jeter" est souvent encouragée si ce n'est incitée par les industriels. Ces derniers peuvent également adopter délibérément l’obsolescence programmée de leurs produits, une pratique délictueuse depuis 2015. Les consommateurs se sont également habitués à l'idée que l’information sur la réparabilité des produits qu’ils achètent est peu ou pas accessible au moment de l’achat.

La DITP a travaillé à la création d’un indicateur compréhensible et utilisable par les consommateurs. Différents types de labels ont ainsi été créés pour être testés en situation. Leur clarté et leur impact sur la décision d’achat par les consommateurs ont été évalués scientifiquement.

PROCHAINE ETAPE :

  • le label le plus efficace contribue aux travaux du ministère de la Transition Ecologique et Solidaire pour la mise en place d’un indice de réparabilité pour certains équipements électriques et électroniques.

 

PARTENAIRE : Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

 

  Accompagner les changements de comportement des citoyens autosolistes et les inciter à covoiturer 

L'apport du projet avec la DITP : inciter pour tripler le nombre de trajets réalisés en covoiturage au quotidien d'ic 2024

Sachant que 70% des déplacements domicile-travail se font seul et en voiture, le potentiel du covoiturage au quotidien est immense. Il est vecteur de nombreux bénéfices pour l’usager et la collectivité (amélioration du pouvoir d’achat, accès à de nouveaux services, réduction de la congestion et de la pollution, solidarité…) mais peu le pratique réellement : à peine 900 000 actifs parmi 25 millions covoiturent chaque jour pour aller travailler. L'objectif du Gouvernement est de tripler le nombre de trajets réalisés en covoiturage au quotidien d'ici 2024 pour atteindre les 3 millions, et ainsi économiser chaque jour l'équivalent du chauffage de 2,8 millions d'appartements de 50 m2.

Le changement des comportements a été identifié comme l’une des actions structurantes à mettre en œuvre à l’échelon national, pour un réel basculement des pratiques de mobilité. A cet effet, la DGITM fait appel à l'expertise en sciences comportementales de la DITP afin d’identifier et de mettre en place des incitations à l’usage du covoiturage. La préparation de 3 hacktahons citoyens en régions sur le thème du covoiturage est en cours et les solutions qui émergeront seront mises en œuvre au niveau local, testées et évaluées, puis déployées à plus grande échelle selon leurs impacts.

PARTENAIRE DU PROJET : ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

6968