Vous êtes ici

Nos actions

813
Encourager la mise sur le marché locatif des logements vacants grâce aux leviers comportementaux
14.04.21

Comment augmenter le nombre de propriétaires mobilisés pour remettre leur logement sur le marché immobilier ? L’outil Zéro logement vacant a été lancé par la Direction générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN) et beta.gouv.fr afin de faciliter la « remobilisation des logements vacants »par les collectivités. Son objectif ? Aider les collectivités et les opérateurs à repérer les ce type de biens sur leurs territoires et à contacter et convaincre les propriétaires.

Pour accompagner le déploiement de cet outil, l’équipe sciences comportementales de la DITP a mené, avec l’appui du Behavioral Insights team (BIT), un diagnostic des apports potentiels des leviers comportementaux pour encourager les propriétaires de logements vacants à répondre aux communications qui leur sont envoyées et à prendre contact avec l’administration.

Au 1er janvier 2020, l’INSEE comptait plus de 3 millions de logements vacants en France. Ces logements « dormants » représentent une opportunité pour des collectivités souvent démunies face aux besoins croissants de logements et sont une alternative potentielle à la construction, coûteuse, de nouveaux logements.

 

Deux types de freins identifiés par le diagnostic de la DITP

L’équipe projet s’est attachée à diagnostiquer les difficultés rencontrées par les collectivités et les opérateurs pour contacter, puis convaincre les propriétaires bailleurs de remettre les logements sur le marché locatif.

Ce travail a permis d’identifier deux grandes catégories de freins : les freins liés aux communications elles-mêmes et ceux directement liés à la remise sur le marché de logements vacants.

Lire le rapport

 

Des communications officielles trop complexes

Le diagnostic a permis d’identifier les freins liés aux communications administratives et de concevoir des leviers comportementaux concrets pour les surmonter en simplifiant les documents et les démarches associés.

 

Une vision négative de la démarche, du processus ou des conséquences

Le deuxième type d'obstacles relève de la vision qu’ont les propriétaires de la gestion des logements vacants. L’étude fait apparaître que les propriétaires sont peu susceptibles de répondre même à une communication initiale s’ils ont une vision négative de la démarche, du processus, ou des conséquences à attendre d’une remise sur le marché. En effet, pour qu’un propriétaire remette sa propriété sur le marché, il doit avoir la possibilité, la capacité et la motivation de le faire.

Le rapport propose plusieurs approches comportementales qui pourraient être employées pour lever ces freins (information sur le soutien disponible, mise en évidence de cas ou de témoignages de personnes dans des situations similaires, bienveillance, mise à disposition d’outil d’aide à la décision…).

 

Vers un prototype de boîte à outils pour les régions volontaires

La prochaine étape consiste à créer une « boîte à outils » simple pour les régions, leur permettant de traiter elles-mêmes le problème de la vacance, quelles que soient leur mobilisation sur la question ou leurs stratégies passées. En effet, les taux de vacance, la démographie, les raisons de la vacance et les obstacles auxquels font face les propriétaires varient beaucoup d'une région à l'autre. Cette boîte à outils permettra aux collectivités locales de définir une stratégie de communication adaptée à leurs territoires. Différentes formes de prise de contact pourraient être également testées et leur efficacité évaluée selon le type de collectivité, de propriétaires ou de mode de contact.

813