Vous êtes ici

Nos actions

1953
Confinement et gestion de crise : le rôle clé des Sciences comportementales pour convaincre
20.03.20

En cette période de crise sanitaire et de confinement pour un très grand nombre de salariés, d'agents publics et d'indépendants, nous avons interrogé Stéphan GIRAUD, Responsable du programme sciences comportementales à la Direction interministérielle de la transformation publique, sur le rôle essentiel que peut jouer l'approche comportementale pour convaincre plus rapidement et plus efficacement les citoyens de respecter les mesures exceptionnelles décidées par le Gouvernement.

Face à l'urgence à mobiliser et à convaincre, l'équipe "Science comportementales" de la DITP est elle-même engagée très activement auprès des Services du Gouvernement en soutien des mesures de communication et de gestion de crise déployées depuis le mardi 17 mars 2020.

EN QUOI LES SCIENCES COMPORTEMENTALES PEUVENT-ELLE ETRE UTILES A LA GESTION DE LA CRISE SANITAIRE A LAQUELLE EST CONFRONTEE NOTRE PAYS ?

 

Stéphan GIRAUD : nous avons face à nous un défi de santé publique, qui suppose notamment d’activer le levier comportemental. Nous sommes potentiellement tous des vecteurs de propagation du virus et donc d’engorgement de notre système de santé. D’où l’insistance sur la nécessité de limiter drastiquement nos contacts. C’est là où l’approche comportementale peut s’avérer précieuse : parce qu’une compréhension fine de la manière dont les individus font des choix et traitent l’information peut permettre  d’enclencher des cercles vertueux. En identifiant les déterminants des comportements, on peut trouver des leviers de changement efficaces. On veut aujourd’hui que les Français adoptent des pratiques strictes, ceci nécessite d’être le plus clair et le plus incitatif possible sur ce qui est souhaitable.

 

 

COMMENT LA DITP CONTRIBUE-T-ELLE A CET EFFORT ?

 

Stéphan GIRAUD : l’équipe sciences comportementales de la DITP est aujourd’hui totalement mobilisée en appui de nos collègues qui pilotent la communication gouvernementale sur le coronavirus. Il faut être pédagogique, sans ambiguïtés, convaincant. Cela passe par des messages et des supports sur lesquels nous apportons notre concours. Tout au long de l’année, notre expertise nous conduit notamment à travailler à la simplification des documents administratifs. Ces savoir-faire peuvent tout autant servir pour optimiser les médias, les contenus et tous autres formats qui servent aujourd’hui à faire passer les messages fondamentaux qui contribueront à traverser cette crise.

 

 

EST-CE ESSENTIELLEMENT UNE QUESTION DE COMMUNICATION ?

 

Stéphan GIRAUD : il y a une urgence à mobiliser et à convaincre. Mais l’enjeu comportemental est plus large. Nos expertises et nos travaux ont à voir avec quantité de questions liées à cette crise. Nous travaillons sur des sujets tels que le télétravail, l’activité physique ou la prévention de la fraude en ligne qui prennent un éclairage nouveau dans ce contexte. Mais il y a surtout une nécessité de bien appréhender la question du confinement. C’est un sujet sur lequel il nous faut rapidement monter en puissance et sur lequel nous devons plus que jamais œuvrer avec les experts que nous mobilisons régulièrement sur nos projets.

 

Pour aller plus loin, consultez aussi notre interview sur le télétravail en période de confinement

1953