Vous êtes ici

Home

5195
"L'Etat n'est pas un monstre froid" l'interview des lauréats du Challenge Administration 2020
26.11.12

Rémy Lombard et Ludovic Péran ont remporté l'édition 2012 du Challenge Administration 2020. Près de neuf mois après leur victoire, ils reviennent sur leur parcours, leurs projets et donnent des conseils aux futurs participants.

Le challenge administration 2020 vient d’être lancé pour la 4ème édition. L’année dernière, au même moment, pensiez-vous, en vous inscrivant, atteindre les finales et même gagner le concours ?

Au même moment l’année dernière, nous nous ne connaissions pas. Nous avons formé équipe après nous être découverts un intérêt commun pour le secteur public. De fait, nous n’avions pas imaginé finir lauréats : nous avions uniquement l’intuition qu’en travaillant sur l’open data nous abordions un sujet pionnier, porteur et prometteur.

 

Pas trop difficile de « passer le flambeau » aux nouveaux étudiants inscrits ?

Bien au contraire ! Cette expérience fut très enrichissante pour nous deux. De ce fait, nous sommes ravis de voir cette nouvelle édition où d’autres étudiants peuvent proposer des projets innovants auprès de l’administration et s’ils gagnent, pourront approfondir leur projet par un voyage d’étude.

Par ailleurs, notre projet IDO (Institut des données ouvertes) continue et nous espérons être associés de nouveau à son évolution et à sa mise en place avec le SGMAP.

 

Qu’est- ce que le challenge vous a apporté dans vos vies d’étudiants et de futurs professionnels ?

Le challenge nous a apporté une expérience hors du commun pour découvrir l’administration de l’intérieur. Dès la première sélection, il fut une carte de visite pour rencontrer rapidement des acteurs de l’administration, des secteurs associatif et privé afin d’aborder avec eux un sujet innovant : l’Open Data. Nous retirons du challenge de beaux souvenirs, un défi relevé renforçant la confiance en soi et, d’une manière ou d’une autre, une envie de servir l’Etat.

 

Votre projet était celui d’une open data school, seriez- vous capables, en une phrase, avec des mots simples et compréhensibles de tous, d’expliquer de quoi il s’agit ?

Nous proposons de sensibiliser et de former les agents publics à la mise à disposition des données publiques.

 

Au niveau humain, les rencontres faites tout au long du concours ont-elles changé vos points de vue sur l’administration ?

Loin des idées reçues, l’Etat n’est pas un monstre froid mais un territoire d’expérimentation et d’innovation. Nous avons découvert l’administration de l’intérieur dans sa diversité : des structures agiles comme Etalab à des structures plus imposantes telles que le CNFPT (Centre national de  la fonction publique territoriale). Humainement, nous avons été étonnés par leur réceptivité, leur écoute et leur souhait d’accompagner nos idées.

 

 

Des conseils, des astuces de vainqueurs à donner aux futurs participants ?

Nous avons des conseils génériques et  d’autres plus spécifiques au challenge. Comme dans tous concours, soyez audacieux, n’hésitez pas à aller à la rencontre de l’administration pour avoir des retours constructifs sur votre projet.. Soignez la forme : faites du beau. Entourez-vous intelligemment. Prenez appui auprès de vos ami(e)s, de vos professeurs et réseaux. A titre d’exemple, une agence web professionnelle nous avait très gentiment aidés à mettre en forme notre démarche (voir la vidéo ci-dessous).

Concernant le challenge administration 2020 spécifiquement, nous avons deux conseils.  Premièrement, inscrivez si possible vos idées dans des politiques en cours ou qui se lancent. L’innovation s’inscrit presque toujours dans l’existant.Ensuite,  concernant le périmètre du projet, ne faites pas des réformettes mais des projets à faible coût avec des réels impacts dans la relation entre l’administration et les citoyens.

 

 

Des projets en cours ? Notamment dans l’administration ?

Pour sa part, Ludovic participe au lancement d’un évènement au sein du groupe Management public de l’ESCP Europe. L’objectif est de sensibiliser les étudiants d’école de commerce au secteur public, afin de diversifier les profils au sein de l’Etat ou des collectivités. Rémy continue à avancer sur son mémoire de master 2 d’Aménagement du Territoire et d’Urbanisme à Paris IV lié à l’Open Data, et, en échange universitaire aux Etats-Unis, travaille sur un projet entrepreneurial visant à réinventer l’expérience des ice-creams.

 

5195