Vous êtes ici

études et référentiels

697
Transformation managériale : que peuvent apprendre les entreprises libérées aux administrations et organismes publics ?
11.02.19

La libération des organisations est un mouvement de fond qui concerne aussi bien les start-up, les entreprises que les administrations et organismes publics. Pour l’administration, cette approche managériale reste encore marginale même si, aujourd’hui, près d’une vingtaine d’administrations et organismes se sont déjà lancés dans cette démarche : des directions d’administration centrale à l’étranger (comme le Ministère de la Sécurité Sociale ou le Ministère des Transports en Belgique), des caisses et des opérateurs en France (CPAM des Yvelines, CPAM de l’Aude, Pôle Emploi…), des bailleurs sociaux (Haute Savoie Habitat) et des collectivités territoriales (Région Ile-de-France, Département de la Manche, Villes d’Issy-les-Moulineaux, d’Annemasse, Colomiers…).

Que peuvent apprendre ces démarches de libération aux administrations et organismes  publics ? Comment les solutions explorées dans le monde de l’entreprise pour encapaciter et responsabiliser les salariés peuvent-elles être transposées à la sphère publique ? Pour ouvrir les échanges sur cet enjeu, la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) publie un recueil des bonnes pratiques déjà observables.

S’il n’existe pas de méthode clé en main, les entreprises libérées ont pour point commun d’être capables de proposer de nouvelles pratiques managériales et de renouveler leur fonctionnement interne. Elles illustrent aussi des tentatives volontaristes pour transformer durablement et pour libérer les énergies au sein des organisations par une mise en mouvement collective, transversale et quotidienne. Le management ne disparaît pas mais se transforme : il existe toujours un dirigeant et des règles, mais dans ce nouveau cadre transparent et partagé, chacun a les moyens d’agir. 

Pour les administrations et organismes publics, l’encapacitation et la responsabilisation des agents ne peuvent donc se réduire à une somme d’actes isolés (télétravail, organisation en mode projet…). Elles nécessitent, au contraire, une transformation globale, d’ampleur et de long terme, des modes de fonctionnement, de management et d’adaptation de l’environnement de travail. 

En tant que démarche positive de transformation, la libération des organisations se place au cœur des chantiers de la Direction interministérielle de la transformation publique en appui aux autres défis (nouveau cadre de gestion, transformation managériale, diffusion de l’état d’esprit d’innovation…). C’est à ce titre que la DITP publie un recueil de bonnes pratiques afin d’explorer les impacts et le potentiel de la transformation managériale dans l’administration. Ce recueil de bonnes pratiques, réalisé avec l’aide de Roland Berger et Wavestone s’est échelonné sur 3 mois de septembre à décembre 2018. Il a reposé sur une analyse documentaire des démarches de libération des organisations en France et à l’étranger et sur une série d’entretiens avec des experts du privé et du public. Il a également réuni deux ateliers de travail avec des chefs de projets de la DITP et des partenaires extérieurs.

Si la libération des organisations n’est pas une réponse à toutes les rigidités de l’Etat, elle permet de faire et de penser autrement. Ce recueil veut montrer à voir les évolutions déjà à l’œuvre au sein des administrations et organismes publics et se propose d’engager les réflexions sur la meilleure façon de repenser les modèles d’organisation actuels.

 

 

697