Vous êtes ici

Salle de presse

137
Carte Blanche à Cahors : Lancement de 5 solutions nouvelles pour améliorer le service public pour le territoire
Mardi, 2 Octobre, 2018

Un cadre juridique adaptable, des moyens humains, techniques et financiers à disposition pour réinventer un service public adapté et façonné aux besoins du territoire. Voilà ce dont disposent, depuis décembre 2017, des managers publics de l’Etat et des collectivités, des agents, des décideurs de structures administratives, des opérateurs sociaux, des usagers, des associations pour repenser, en repartant du terrain, des services qui répondent aux besoins concrets et quotidiens des usagers.

Comment favoriser la rencontre entre les usagers et un service public adapté aux besoins du bassin de vie de Cahors ? C’est le défi que les acteurs de ce bassin de vie ont choisi de relever avant fin 2018 via l’expérimentation Carte Blanche, pilotée par la direction interministérielle de la transformation publique. Découvrez en détails les 5 solutions qui ont été imaginée et la manière dont elles ont été choisies et bâties.

Mardi 2 octobre 2018, tous les intervenants du territoire (Préfecture du Lot,Grand Cahors, Département du Lot, Direccte, CCI du Lot, La Poste, Caf, CPAM, UDAF, DGFIP, DITP, Pole Emploi) sont réunis pour assister aux débuts des expérimentations en réel.

Découvrez  les 5 solutions imaginées pour répondre au défi :

1/ L'agent polyvalent

L’agent, qui peut appartenir à tout type de services publics - service de l’Etat, collectivité, opérateur - est mis en capacité de traiter les demandes des usagers grâce à un outillage sur-mesure, à sa mise en réseau avec d’autres acteurs, mais surtout à la possibilité qui lui est donnée de répondre à des questions et de traiter des formalités dans des domaines autres que ceux de son organisme de rattachement.

Dans le bassin de vie de Cahors, ce sont des agents des collectivités (présents notamment en MSAP, à l’UDAF et dans le car des services publics), de l’Etat (en préfecture et sous-préfecture), de La Poste et des secrétaires de mairie qui sont mobilisés pour l’expérimentation. Ils seront situés aux guichets de leur organisme d’appartenance ou dans des lieux d’accueil mutualisés et dans le car des services publics itinérants qui sera mis en circulation en octobre 2018.

2/ Le car des services publics itinérants

Le parcours du bus est conçu pour les personnes les plus éloignées des services existants (communes hors des pôles constitués par Cahors et les gros bourgs), peu ou pas desservies par les transports en commun.
« L’équipage » a été dimensionné pour répondre aux besoins identifiés par et pour les populations des communes desservies et sera composé d’un binôme avec :

  • un agent polyvalent, animateur généraliste;
  • un agent au profil « travailleur social » pour diagnostiquer les besoins, personnaliser l’accompagnement des usagers et aborder les problématiques les plus complexes. Ce dernier a également été formé à la facilitation des démarches administratives.

A certaines périodes de l’année, une permanence d’agents spécialisés pourra compléter le binôme pour des campagnes d’informations, comme par exemple avec la présence d’un agent de la direction départementale des finances publiques pendant la période de déclaration sur le revenu.

3/ Le partage de données entre opérateurs sociaux

L’objectif de l’expérimentation « Partage de données » est de simplifier les démarches de l’usager et de lutter contre le non-recours aux droits.

4/ Le centre de services RH pour les TPE

Le chantier « centre de services RH » vise à tester l’opportunité de confier à Pôle emploi (service public), certaines fonctions RH pour favoriser le développement des TPE du bassin de vie de Cahors et les encourager à développer leur offre d’emploi.

    5/ La plateforme d'offre de mobilité solidaire

    Cette solution vise à réduire le frein à la mobilité sur le territoire lotois, en particulier pour des publics fragilisés. Plusieurs objectifs sont recherchés :

    • disposer d’une vision exhaustive de l’offre de mobilité existante sur le territoire à travers notamment l’ouverture des données ;
    • faciliter l’expérimentation et le déploiement de services de mobilités alternatifs et de solidarités locales adaptées à des publics spécifiques ;
    • mettre en visibilité l’ensemble de ces offres à travers notamment la création d’une plateforme dédiée.
       

    En savoir plus sur les solutions et la méthode employée pour les imaginer, en téléchargeant le dossier de presse.

    137