Vous êtes ici

Toutes les évaluations de politiques publiques

3918
[Rapport] Évaluation de l’efficacité du dispositif d’appui à l’internationalisation de l’économie française
03.02.14

Quels sont aujourd'hui les leviers d'optimisation en matière de commerce extérieur de la France et d’attractivité de son territoire pour l’implantation d’entreprises étrangères ? L'évaluation du dispositif d’appui à l’internationalisation de l’économie française apporte des réponses, notamment autour de deux axes d’action à court et moyen terme : la création d’une bannière commune et d’un portail France international, et le rapprochement des agences françaises pour le développement international des entreprises (Ubrifrance) et pour les investissements internationaux (AFII).

Etapes du rapport

  1. Décision de lancement
  2. Cadrage opérationnel : étape réalisée
  3. Diagnostic : étape réalisée
  4. Scénarios de transformation : étape réalisée
  5. Rapport publiéRapport : étape réalisée
  6. Décision : étape réalisée
  7. Plan d'action et de mise en oeuvre : étape réalisée

Les performances de l’économie française depuis une dizaine d’années montrent à quel point notre pays a du mal à relever les défis de la mondialisation. La situation de notre commerce extérieur est à cet égard éclairante : le déficit de la balance commerciale a atteint en 2011 le niveau record de 74 milliards d’euros, et plus inquiétant encore, la part de marché de la France mesurée par la part de nos entreprises dans les exportations mondiales est passée de 6,2 % en 1990 à 3,3 % aujourd’hui. Sur le plan de l’attractivité, la situation de la France, qui se situait entre le deuxième et le troisième rang en Europe ces dernières années, tend à se dégrader. Dans un contexte marqué par une mobilité croissante des capitaux au plan international et par une situation atone de l’emploi dans notre pays, il est de toute façon nécessaire d’attirer davantage d’investissements productifs étrangers sur notre sol.

Les principales réponses à ces défis sont à rechercher dans les politiques économiques d’ensemble : c’est avant tout par une amélioration significative de la compétitivité de l’économie française que notre performance en matière de commerce extérieur comme d’attractivité pourra être améliorée. L’évolution de nos parts de marché à l’exportation est directement corrélée à notre performance en matière de compétitivité au sens large (compétitivité prix, taux de change, innovation, approche commerciale, etc.). Quant à l’attractivité de la France pour les investissements étrangers, elle est très directement influencée par des facteurs structurels tels que la qualité et le coût de la main d’oeuvre, la disponibilité des infrastructures, mais aussi les règles fiscales et sociales.

Pour autant, l’importance du dispositif de soutien à l’internationalisation des entreprises ne doit pas être sous-estimée. En effet, la France a développé depuis longtemps un important dispositif de soutien au commerce extérieur et à l’attractivité et consacre à ces sujets des moyens humains et financiers importants. Plusieurs études récentes ont montré l’influence positive et significative d’un tel dispositif sur le courant d’affaires des entreprises. Chaque année environ 10 % des entreprises exportatrices font appel aux opérateurs de l’État et le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) évalue à 22 % l’accroissement de la valeur des exportations des entreprises qui bénéficient des soutiens publics à travers Ubifrance et Coface.

Par ailleurs, une part importante des entreprises consultées demande un tel dispositif public, dont elle apprécie la qualité mais elles réclament,  parallèlement, des améliorations. Parmi celles-ci, les entreprises demandent notamment un accès simplifié, une meilleure lisibilité du dispositif et une meilleure coordination des acteurs.

3918