Vous êtes ici

Toutes les évaluations de politiques publiques

4674
Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale
03.02.14

Face à un niveau de risque et de violence dans le monde qui ne régresse pas et qui continue à se diversifier, le concept de « sécurité nationale » voit sa pertinence confirmée. Une relance pragmatique de la politique de sécurité et de défense européenne est donc indispensable. Pour cela, il sera nécessaire de gérer l’ensemble des risques et des menaces (directs ou indirects) susceptibles d’affecter la vie de la Nation autour de 5 concepts stratégiques : connaissance et anticipation, protection, prévention, dissuasion, et intervention.

Etapes du rapport

  1. Décision de lancement
  2. Cadrage opérationnel : étape réalisée
  3. Diagnostic : étape réalisée
  4. Scénarios de transformation : étape réalisée
  5. Rapport publiéRapport : étape réalisée
  6. Décision : étape réalisée
  7. Plan d'action et de mise en oeuvre : étape réalisée

Ce Livre Blanc est publié cinq années après le précédent. Des événements de grande portée se sont en effet produits dans la période écoulée, et la volatilité du contexte stratégique constatée dans le Livre blanc de 2008 s’est confirmée. La France doit en évaluer les implications pour sa stratégie de défense et de sécurité nationale. Dans un monde en mutation rapide, notre pays doit s’adapter avec agilité, tout en inscrivant son action dans une vision stratégique. L’horizon de ce Livre blanc reste donc un horizon de long terme, d’une quinzaine d’années. La stratégie de défense et de sécurité nationale vise à définir les principes, les priorités, les cadres d’action et les moyens qui assureront dans la durée la sécurité de la France. Elle sera désormais régulièrement révisée tous les cinq ans, tout en continuant de se situer dans une perspective de long terme.

La crise financière qui a frappé le monde rompt avec le contexte décrit dans le précédent Livre blanc. Elle oblige de nombreux États à ajuster leur posture de défense et de sécurité. Elle a mis en évidence la dimension économique de la sécurité nationale : l’indépendance de la Nation est menacée si le déséquilibre des comptes publics place celle-ci dans la dépendance de ses créanciers. Les décisions concernant les ressources publiques consacrées à la défense et à la sécurité doivent prendre en compte non seulement les menaces auxquelles nos forces sont appelées à répondre, mais également les risques qui pèsent sur notre indépendance économique. Un juste équilibre doit être trouvé entre ces deux priorités, afin que l’effort consacré à la défense et à la sécurité soit cohérent avec le nécessaire assainissement des finances publiques et assure l’adéquation dans le temps de notre outil de défense et de sécurité nationale avec nos responsabilités internationales et l’évolution de notre environnement stratégique.

Les menaces militaires n’ont pas disparu. La croissance rapide des budgets de défense dans nombre de pays, en particulier en Asie, atteste leur réalité ; et les nombreuses opérations militaires dans lesquelles la France a été engagée au cours des dernières années (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye, Mali) démontrent que l’action militaire reste une composante importante de notre sécurité. Dans le même temps, les risques et les menaces auxquels la Nation doit faire face se sont multipliés en se diversifiant. Le terrorisme, la cybermenace, le crime organisé, la dissémination des armes conventionnelles, la prolifération des armes de destruction massive, les risques de pandémies, les risques technologiques et naturels peuvent affecter gravement la sécurité de la Nation. Le Livre blanc de 2008 en avait fait le constat, que l’évolution des dernières années n’a pas démenti.