Vous êtes ici

L'action publique se transforme

6004
Rencontre avec Cyril Egoroff, correspondant modernisation au ministère de la culture
22.01.14

Rencontre avec Cyril Egoroff, correspondant modernisation du ministère de la culture. Il nous raconte la modernisation de l'action publique et fait le point sur les projets de modernisation et de simplification de son ministère.

Quel est votre rôle de correspondant de modernisation ministériel dans le cadre de la MAP ?

Cyril Egoroff : Dès ma prise de fonction, ma priorité a été de mobiliser l’ensemble des acteurs pour construire notre stratégie de modernisation. Nous avons fait en sorte de construire cette feuille de route MAP avec l’ensemble des services centraux et déconcentrés du ministère de la culture. Il s’agissait d’établir notre PMMS  (programme ministériel de modernisation et de simplification) de façon très large pour n'omettre aucun projet. Je me suis aussi appuyé sur les dispositifs de consultation mis en place par le SGMAP, tels que ISAP ou la consultation des Préfets de départements, pour instruire plusieurs propositions, dont 3 ont été reprises dans le CIMAP du 17 juillet 2013.

Pour mettre en place la gouvernance MAP au ministère de la Culture et de la Communication, je me suis aussi attaché à ce que les principes de la MAP soient respectés, notamment la représentativité - élus, syndicats - et l'association de toutes les parties prenantes, et notamment des DRAC en ce qui nous concerne. 

Comment travaillez-vous avec le SGMAP et les services de votre ministère ?

C.E : J’anime un réseau des correspondants référents dans les services internes du ministère avec un triple objectif. D'abord celui de la transmission d’informations, par exemple après chaque rencontre des CORMOD ou après chaque CIMAP. Ensuite il y a un véritable enjeu d'outillage pour mieux rendre compte de l’avancement des projets de modernisation. Enfin, je me charge de communiquer au plus grand nombre, via notre intranet notamment, les dernières actualités de la MAP.

Au-delà du rôle de synthèse générale de nos chantiers de modernisation en amont de la préparation des CIMAP, le département « Stratégie et modernisation », qui dépend du Secrétariat général, apporte désormais toute son expertise dans le cadrage des évaluations de politiques publiques, en coordination avec le SGMAP. Il peut intervenir aussi en appui sur la mise en œuvre de projets de modernisation. J'interviens par exemple actuellement aux côtés de la direction générale de la création artistique sur le cadrage des scénarios de réforme dans le cadre de l'évaluation de la politique publique de soutien au spectacle vivant 

Quels grands programmes de modernisation ont été engagés au ministère de la culture et de la communication depuis le 1er CIMAP ?

C.E :  Trois grandes évaluations ont été engagées en 2013 :
- l'évaluation du transfert de la maitrise d’ouvrage des monuments historiques, de l’État vers les propriétaires, avec un volet "appui aux collectivités" ;
- la politique de soutien aux spectacle vivant dont l'évaluation doit se terminer en février 2014 ;
- la politique de numérisation des ressources culturelles dont l'évaluation se termine au printemps 2014.

Dans notre PMMS, une trentaine de projets de réforme ont été établis. La plupart concerne l’amélioration de nos processus internes (RH, finances, SI...). Parmi les projets emblématiques que nous menons, nous pouvons citer la simplification des ATEP (autorisations de travaux en espaces protégés), la simplification du processus de traitement des demandes de subventions, ou encore la déconcentration en DRAC de certains dispositifs gérés jusqu'ici en administration centrale. 

Quels seront les grands chantiers prioritaires de votre ministère pour l'année 2014 ?

C.E : En 2014, le ministère de la culture enrichira son PMMS en intégrant davantage les opérateurs culturels et, par la-même, des projets qui auront des impacts très tangibles pour les usagers.

Nous questionnerons également l'organisation actuelle du ministère de la Culture et de la Communication, notamment en ce qui concerne les fonctions supports afin de résorber certaines redondances entre le secrétariat général et les directions métiers.

La refonte de l’exercice de tutelle des opérateurs sera aussi un projet fort et qui consistera à dessiner un nouveau mode de fonctionnement entre les services du ministère et à rapprocher la tutelle administrative et la tutelle métiers des opérateurs.

De concert avec le SGMAP et l'effort annoncé sur la simplification, le ministère de la Culture et de la Communication s'engagera enfin pleinement dans cette montée en puissance. A cet égard, plusieurs mesures prévues dans la future Loi patrimoine permettront de simplifier les relations entre l’État et les usagers, à l'instar de la clarification et de la diminution du nombre des catégories d'espaces protégés. La mise en œuvre de la règle de l'accord tacite de l’administration représentera également en 2014 un chantier majeur pour le ministère de la Culture et de la Communication qui impactera notamment les procédures de travail dans les DRAC.

6004