Vous êtes ici

L'action publique se transforme

3207
Découvrez la nouvelle organisation de la transformation publique et numérique de l’État
27.11.17

La transformation de l’action publique ouvre aujourd’hui un nouveau chapitre de son histoire. Le secrétariat général pour la modernisation de l'action publique (SGMAP) laisse place à la direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et à la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat (DINSIC).

Une organisation inaugurant un nouvel âge pour l’action publique

Des services publics performants, accessibles, humains, proches des citoyens, répondant à leurs attentes et adaptés à leurs usages. C’est pour répondre à ces objectifs que le pilotage de la réforme de l’Etat évolue et qu’une nouvelle organisation administrative entre aujourd’hui en vigueur.

La direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et la direction chargée du numérique et des systèmes d'information et de communication de l'État (DINSIC) prennent la relève du secrétariat général à la modernisation de l'action publique (SGMAP) dans le pilotage administratif de la réforme de l'État, suite à la publication de deux décrets publiés au Journal officiel du 21 novembre. La DITP est placée sous l’autorité de Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics chargé de la réforme de l’État tandis que la DINSIC est placée sous l’autorité de Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique auprès du Premier ministre.

La politique de transformation publique se dote également d’un nouveau cadre décisionnel avec la création du comité interministériel de la transformation publique (CITP), placé sous la présidence du Premier ministre. Il réunira au moins une fois par semestre le ministre chargé de la Réforme de l'État, le ministre chargé du Numérique et l'ensemble des membres du Gouvernement.  Le comité  assurera le suivi de la mise  en œuvre des plans de transformation ministériels et interministériels. 

Pour mobiliser les parties prenantes de la transformation de l’action publique, une nouvelle fonction a été créée : celle de délégué interministériel à la transformation de l’action publique, placé sous l’autorité du Premier ministre.

 

Une stratégie du changement ambitieuse

Cette évolution se veut au service de l’efficacité de la transformation publique et numérique de l’Etat, à travers une organisation  nouvelle, composée désormais de deux entités distinctes, la DITP et la DINSIC, qui mèneront à bien la transformation publique et numérique de l’Etat.

La direction interministérielle de la transformation publique (DITP) est dès à présent en charge d’accompagner et de suivre la transformation publique au sein de l’Etat, en veillant à la mise en place des réformes qui vont transformer l’action publique. Elle veille à diffuser la culture d’innovation et à animer une communauté d’innovateurs publics au sein de l’administration centrale et territoriale. Elle accompagne les ministères et les administrations dans la mise en place et le pilotage de leurs projets de transformation.

Inscrite dans l’héritage du SGMAP, elle agit au service des citoyens et des agents publics. Elle assure d’ores et déjà le secrétariat du Comité d’experts CAP22 et pilote en propre le chantier transverse Simplification et qualité de service du programme Action publique 2022. À sa tête, un nouvel acteur entre en jeu. Nommé en conseil des ministres le 22 novembre,  Thomas Cazenave prend ses fonctions de délégué interministériel à la transformation publique.

 

Qui est Thomas Cazenave ?


Haut fonctionnaire de 39 ans, ancien élève de l’École normale supérieure, il est issu de la promotion République de l’ENA de 2007. Il a été directeur de cabinet du secrétaire d’Etat à l’industrie, directeur adjoint du cabinet du ministre de l’économie et des finances en 2016, puis secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, après un passage à la direction des ressources humaines du groupe Orange. Il a dirigé et mis en œuvre la transformation de Pôle emploi de 2012 à 2016. Il est co-auteur de l’ouvrage collectif  L’État en mode start-up.

 

La direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat (DINSIC) est en charge de la performance du système d’information (SI) unifié de l'Etat et de la transformation numérique de l'action publique. Elle développe et diffuse des services numériques, promeut les méthodes d'innovation du monde du numérique, le recours aux « data sciences », la diffusion des approches agiles, l'ouverture des données publiques et les principes du Gouvernement ouvert. Elle reste dirigée par Henri Verdier.

 

Qui est Henri Verdier ?


Ancien élève de l’École normale supérieure, Henri Verdier a été directeur général de la société Odile Jacob Multimédia, avant de rejoindre Lagardère Active comme directeur chargé de l’innovation en 2007. En 2009, il rejoint l’Institut Télécom comme directeur de la prospective, chargé de la création du think tank « Futur numérique » (Fondation-telecom). Membre fondateur du pôle de compétitivité Cap Digital, il en exerça la vice-présidence de 2006 à 2008, avant d’être élu président du Conseil d’administration de 2008 à janvier 2013.

 

 

Action publique 2022

Grand programme de transformation de l’administration, Action publique 2022 a été lancé par le Gouvernement le 13 octobre dernier, et poursuit 3 objectifs :

  • Pour les usagers : améliorer la qualité de service, notamment en développant la relation de confiance entre les usagers et les administrations ;
  • Pour les agents publics : offrir un environnement de travail modernisé, en les impliquant pleinement dans la définition et le suivi des transformations ;
  • Pour les contribuables :  accompagner la baisse des dépenses publiques.
3207