Vous êtes ici

L'action publique se transforme

5631
Entretien avec Véronique Mary, correspondante modernisation
26.09.13

Véronique Mary est correspondante modernisation au ministère de l'agriculture, de l'agro-alimentaire et de la forêt. Sa fonction ? Assurer le pilotage et le suivi des projets de modernisation de l'action publique. Elle revient sur les grands chantiers qui jalonnent l'action de son ministère.

Pouvez-vous nous expliquer votre rôle de correspondant de modernisation ministériel dans le cadre de la MAP ?

Véronique Mary : La fonction de correspondant de modernisation ministériel vise à assurer, à un niveau opérationnel, le partage de l’information relative à la modernisation de l’action publique, à l’intérieur du ministère d’une part, avec le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique d’autre part. Elle comprend également le suivi des projets de modernisation pour s’assurer de leur cohérence et leur mise en œuvre effective.

Au sein du secrétariat général du MAAF (ministère de l'agriculture, de l'agro-alimentaire et de la forêt), le bureau du pilotage des projets de modernisation dont j’ai la responsabilité est chargé du suivi global de la politique de modernisation du ministère, tant en ce qui concerne l’administration centrale que les directions régionales et départementales qui mettent en œuvre ses politiques publiques, et ses établissements publics sous tutelle. La fonction de correspondant de modernisation ministériel s’inscrit donc naturellement dans mes attributions.

 

Près d’un an après le lancement de la modernisation de l’action publique, quelles grandes étapes retenez-vous ?

V. M : Le ministre de l’agriculture a souhaité, à sa nomination, que soit élaboré en étroite concertation avec les représentants du personnels un projet stratégique pour le ministère, qui définisse les grandes orientations de l’action ministérielle pour les prochaines années. Finalisé et publié à la fin d’année 2012, ce document constitue le socle de la stratégie ministérielle en matière de modernisation de l’action publique qui passe en particulier par la simplification des relations entre les usagers et le ministère et l’accompagnement des agents à ces transformations. Après cette phase initiale de définition des orientations et des projets, nous conduisons maintenant la mise en œuvre des actions.

 

Quels grands chantiers de modernisation s’annoncent pour le ministère de l’agriculture ?

V. M : Un grand chantier de simplification s’ouvre, au bénéfice des usagers et des agents. Il comporte quatre dimensions :

  • la première concerne l'amélioration de la structuration des formulaires pour faciliter leur compréhension par les usagers. En particulier, la partie destinées à recueillir les informations d'identification des usagers sera normalisée pour que les usagers puissent s'habituer à une présentation unique ;
  • la deuxième consiste à supprimer les pièces justificatives demandées à l'appui des démarches quand elles ne s'avèrent pas indispensables à l'instruction des dossiers. Une étude de tous les formulaires est en cours pour identifier les pièces justificatives dont la demande pourra être supprimée. Selon les cas, il peut être envisagé soit de supprimer l'obligation de transmission des pièces pour favoriser leur examen lors des contrôles, soit d'échanger entre administrations les éléments justificatifs pour éviter à un usager d'avoir à les produire plusieurs fois ;
  • la troisième relève du développement de nouvelles téléprocédures pour permettre aux usagers de réaliser l'ensemble de leurs démarches au moment choisi ;
  • la quatrième porte enfin sur l'allègement des normes pour assurer leur efficacité tout en levant les freins inutiles à la compétitivité des entreprises.
5631