Vous êtes ici

L'action publique se transforme

4415
Déploiement des plates-formes régionales d’appui
01.12.09

Favoriser la mobilité interministérielle en région, faciliter les parcours professionnels, et mieux prendre en compte les compétences des agents… Ce sont quelques unes des missions des plates-formes régionales d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines, actuellement en cours de déploiement sur l’ensemble du territoire. Décryptage et premiers résultats avec Dominique Schuffenecker, chef du bureau de la gestion prévisionnelle de l’emploi public à la Direction générale de l’administration et de la Fonction publique (DGAFP).

La nouvelle politique de l’emploi dans l’administration territoriale de l’Etat se met peu à peu en place. Portée par la DGAFP, elle prend aujourd’hui corps avec le déploiement des 22 plates-formes régionales d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines. « Ces structures nouvelles dans le paysage administratif français ont pour principales missions de favoriser la mobilité des fonctionnaires au sein d’un même bassin d’emploi et de développer une gestion plus professionnelle et plus personnalisée des compétences », explique Dominique Schuffenecker, chef du bureau gestion prévisionnelle de l’emploi public, à la DGAFP.

Élaborer des plans de gestion prévisionnelle pour anticiper les besoins à venir

Placées sous l’autorité du préfet de région et animées par les SGAR (secrétariats généraux pour les affaires régionales), elles s’appuient sur une organisation resserrée composée d’une équipe de 5 personnes : un directeur, un conseiller mobilité-carrière, un conseiller formation, un conseiller action sociale et environnement professionnel, et, un chargé de communication webmestre en charge du développement et de l’actualisation de la bourse d’emplois régionale. Leurs objectifs : offrir aux agents de nouvelles opportunités en matière de parcours professionnel et si nécessaire, en complément des dispositifs en place dans les ministères, les accompagner et leur fournir des conseils de carrière…
 
L’une des grandes innovations de ces plates-formes est aussi d’élaborer des plans interministériels régionaux de GPRH (gestion prévisionnelle des ressources humaines), afin d’anticiper les redéploiements de postes à venir dans les ministères et de pourvoir les postes vacants en fonction de l’évolution des missions résultant de la réforme de l’Etat et compte tenu des départs naturels dans les administrations.

Sortir d’une logique interne pour privilégier la mobilité interministérielle

« Notre objectif est que les 22 plates-formes soient totalement opérationnelles début 2010 tout comme les bourses d’emplois régionales », explique Dominique Schuffenecker. Véritables leviers de modernisation, ces dernières sont appelées à devenir l’un des outils phares des plates-formes en proposant un maximum  d’offres d’emplois des ministères pour un même bassin d’emploi. « Il s’agit de sortir d’une logique de mobilité uniquement interne pour créer de véritables passerelles interministérielles », précise Dominique Schuffenecker.

Un objectif qui ne pourra être atteint qu’avec une  participation appuyée de l’ensemble des ministères. « Tous les ministères ont intérêt à jouer le jeu », insiste Dominique Schuffenecker. « Plus ils seront nombreux à participer au dispositif, plus les possibilités de redéploiement et de création de passerelles métiers seront importantes. Par exemple, l’entrée du ministère de l’Ecologie et du Développement durable dans le dispositif pilote mené en région Nord- Pas de Calais a déjà permis d’augmenter de 50 % le nombre de mobilités envisageables ».

S’il est encore trop tôt pour parler de résultats, les deux expérimentations de plates-formes réalisées en Nord-Pas-de-Calais et Picardie avec les ministères de la Défense, de l’Intérieur et de l’Agriculture sont plutôt encourageantes, selon le chef du bureau gestion prévisionnelle de l’emploi public : « elles favorisent les synergies de pratiques de gestion des ressources humaines et le partage d’informations entre les services RH des ministères et mettent en lumière la proximité de certains métiers. Ces rapprochements doivent aboutir à la création de passerelles entre les métiers et contribuer de lever les freins, de diverses natures, qui limitaient jusqu’ici la mobilité sur un même bassin d’emplois »

4415