Vous êtes ici

L'action publique se transforme

1918
Adopter de nouvelles méthodes de travail, des engagements confirmés par le Premier ministre
09.04.18
Adopter de nouvelles méthodes de travail, libérer la capacité d’agir des managers de terrain,

En réunissant tous les directeurs d’administrations centrales en février dernier, Edouard Philippe a lancé officiellement le chantier essentiel de transformation des méthodes de travail collectives qui est pour le gouvernement  «« une source importante d’efficacité et de fluidité ».
Tel un véritable prérequis à la transformation de l’action publique, à mettre en œuvre au plus vite avec des actions concrètes attendues!
 

Au départ un travail collaboratif des directeurs, validé par une feuille de route du Premier ministre

180 directeurs et une vingtaine de directeurs de cabinet, après plusieurs semaines de travail collectif, ont réfléchi à de nouvelles méthodes de travail pour améliorer la fluidité et l’efficacité de leur action. Réunis en séminaire le 15 février 2018, ils ont présenté plus d’une quarantaine de propositions, toutes  validées par le Premier ministre Edouard Philippe. A son issue, il a  dressé une feuille de route importante qui couvre tous les champs d’action de l’administration avec des mesures précises et des pilotes* pour leur mise en œuvre.

Pourquoi transformer ces méthodes ?

Pour être en mesure de  réinventer la relation de service public et mieux répondre aux attentes. Les usagers sont en demande de services personnalisés de notre part, plus adaptés à leurs besoins et modes de vie. C’est un défi  pour  tous les agents : être plus réactifs dans les réponses, plus ouverts dans la manière de concevoir les politiques publiques, et donc plus agiles dans nos fonctionnements. 
Dans ce nouveau contexte et pour réussir, réinventons de nouvelles méthodes de travail favorisant  à la fois la performance collective et la liberté d’agir de chaque personne en charge d’un projet. Trois grands domaines sont à renouveler profondément : la simplification des procédures budgétaires et ressources humaines ; le fonctionnement du travail interministériel et l’action administrative de chaque direction. 

Plus de confiance, plus de liberté, une évaluation sur les résultats

Le leitmotiv : plus de liberté pour les managers de terrain avec moins de contrôles à priori, corrélée à  une évaluation plus fine à posteriori avec des objectifs clairs. Sortir d’une logique de moyens pour arriver à une logique de résultat, d’impact.
Désormais, pour chaque réforme, les directeurs d’administration centrale vont proposer aux ministres un plan de mise en œuvre, puis de suivi détaillé en précisant : les chantiers, les chefs de file, les moyens, les parties prenantes à associer, le calendrier et les indicateurs permettant de mesurer la réussite des actions.

Aller chercher les profils nécessaires à la réussite des projets

Très concrètement, il s’agit par exemple de simplifier les règles de recrutement de directeurs de projets ou experts de haut niveau nécessaire pour la réussite de ses objectifs (avec égale facilité de recrutement en CDD et CDI). Accélérer les procédures de mobilité, simplifier les procédures de contrôles en matière RH et budgétaire (jusqu’à les supprimer pour un renouvellement de contrat), développer des stratégies proactives d’outplacement avec un pilotage interministériel prenant appui sur les réseaux et pratiques ministériels, mieux reconnaitre le mérite individuel et collectif avec rémunération au mérite généralisé.
 Enfin, il est possible, et ce pour la première fois, d’investir pour accompagner cette transformation : 700 millions d’euros sur le quinquennat sont dévolus pour des projets stratégiques et novateurs et permettre ces objectifs ambitieux d’amélioration de service public et de réduction des dépenses publiques.
Rendre un meilleur service à l’usager, travailler mieux par politiques publics passent forcément par une refondation des pratiques de fonctionnement en interne, les managers de terrain sont désormais au premier plan dans la mise en œuvre de la transformation !

*Les pilotes :
Le directeur interministériel à la transformation publique,  le directeur du budget et le directeur général de l’administration et de la fonction publique : la simplification des procédures budgétaires et gestion des ressources humaines
Le secrétaire général du Gouvernement : le fonctionnement du travail interministériel
Le  secrétaire général de chaque ministère en liaison avec la mission dirigeants du SGG : le fonctionnement du travail administratif mené par chaque direction

crédit photos ©Benoit GRANIER/Matignon

1918